Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 04:28

 

 

 

 

 

 
Les détournements de Barbie sont innombrables, qu’il s’agisse de vidéos ou de photos où des personnes se déguisent en Barbie, ou de mises en scène parodiques d’une poupée Mattel, voir même de relookage complet de poupées bien réelles en individus peu recommandables.

 


L’image de Barbie détournée

 


Le détournement de l’image de Barbie est le thème de
Mondo Barbie[1], livre sorti en 1993 et qui rassemble nouvelles et poèmes écrits par des ex-adorateurs de la poupée mannequin mettant en scène Barbie et Ken. Ce livre est une véritable compilation de tous les fantasmes et de toutes les frustrations suscités par la poupée. On peut notamment l’y voir torturée ou voir Ken changer de sexe.

Force est de constater que les détournements florissent  sur Internet.  On peut y voir pour ne citer que cet exemple un faux jeu pour ordinateur Barbie Hooker, littéralement « Barbie pute » qui porte la mention « featuring Ken as her pimp », c'est-à-dire « avec Ken comme mac ».

 


 


Détournement de l'image de Barbie : fausse couverture pour le jeu PC Barbie Hooker
[2]

 

La poupée relookée

 


On trouve en en circulation aux Etats-Unis une grande variété de Barbie et de Ken peu orthodoxes
[3], comme Trailer trash Barbie, littéralement « Barbie déchet de mobile-home » approximativement « Barbie la beauf », Drag Queen Barbie, Hooker Barbie, littéralement « Barbie pute », et Big Dyke Barbie, « Barbie super lesbienne ». Ken a eu droit quant à lui à une tenue de Redneck Ken, « Ken le beauf ».

 



Barbie relookée : Trailer trash Barbie et redneck Ken
[4]

 

 

Trailer trash et Redneck sont des termes utilisés en argot américain pour désigner des caucasians, c'est-à-dire des personnes de « race blanche », qui sont à la limite de la clochardise. Ces personnes vivent dans une grande pauvreté, ne peuvent pas s’offrir de logement (d’où l’usage du terme trailer qui signifie mobile-home), n’ont pas d’éducation, ni en général de travail et sont assez souvent à la tête de familles nombreuses. La Trailer trash Barbie a le même corps que l’original, mais elle est enceinte, a une cigarette à la bouche, porte un enfant sur la hanche et a une chevelure négligée avec des pointes blondes et des racines noires. Plus frappant encore : une bulle sur l’emballage lui fait dire « My dad says I’m the best kisser in the world », suggérant l’inceste.

                                                                                           


Barbie, bitch or hooker ?

 


Mais malgré tous les changements auxquels elle est soumise, Barbie garde sa ligne. On peut en effet remarquer que toutes les Barbies parodiées ont les mêmes mensurations que l’originale, il n’y a pas de
Fat Barbie[5]. Peut-être cela tient-il au fait que la minceur est une caractéristique trop essentielle du personnage, Barbie est d’ailleurs souvent fustigée pour ce qu’elle encourage l’anorexie. En revanche force est de constater que le thème qui revient le plus souvent est celui de la prostituée. On peut ainsi prendre l’exemple de la série télévisée Dexter sortie en 2006 aux Etats-Unis. Dans le premier épisode de la série, un serial killer qui tue des prostituées, les décapite et les découpe en morceaux, utilise une poupée Barbie à la quelle il a fait subir le même sort pour entrer en contact avec le personnage principal. Barbie y est donc clairement assimilée à ces prostituées victimes du tueur.

 

 



Barbie en prostituée victime d’un serial killer dans la Série Dexter (2005)

 


Bon nombre de parodies voient Barbie comme une femme de mauvaise vie, ou, pour traduire le terme bitch plus littéralement, comme une  « salope ». En témoigne les paroles évocatrices de la chanson Barbie Girl:

”I’m a blond bimbo girl in a fantasy world,

 Dress me up, make it tight, I’m your dolly

[…]

Kiss me here, touch me there, hanky panky”

 

Mais on est ici à la limite du détournement et de l’exagération car Barbie est réellement provocante par ses tenues affriolantes. Elle l’est aussi par son physique, du fait du stéréotype qu’il représente, avec une poitrine surdimensionnée. Il faut préciser que Barbie est très largement inspirée d’une poupée allemande nommée Lilli, elle-même issue de comics strips pour adultes parus dans le tabloïd allemand Bild au début des années cinquante. En effet, en 1952, Reinhard Beuthien eut l’idée de publier pour occuper un espace laissé vide une courte bande dessinée mettant en scène Lilli, jolie jeune femme portant toujours des tenues affriolantes et se retrouvant dans des situations équivoques. Lilli et ses mœurs légères ont tout de suite été adoptées par les lecteurs du journal à tel point qu’on a décidé de produire une poupée mannequin à son effigie.

 


 

Lilli, poupée allemande aux moeurs légères du début des années 1950,  dont dérive Barbie.


Le contraste est significatif entre la Barbie censée offrir du rêve, et cette Trailer trash Barbie qui fait état de la dure réalité d’une partie des Américains. Cette femme-enfant que l’on achète au Wall-Mart à côté de chez soi devient une enfant-femme victime d’inceste qui vit dans la misère avec sa progéniture. Avec la Barbie Hooker, elle devient une femme qui se vend au sens propre. Les poupées parodiées rappellent que Barbie pourrait être pauvre, qu’elle pourrait perdre son petit air innocent et mener une « mauvaise vie », qu’elle pourrait avoir une sexualité différente. C’est ici tant le mythe, le rêve américain que la capacité de Barbie à refléter la société qui sont visés à travers Barbie.

 

« Ne fais pas attention à ce qu’on dit sur moi, contente toi de le mesurer » (Andy Warhol)

 


Mattel semble prendre la chose du bon côté, tant qu’il n’y a pas contrefaçon, c'est-à-dire tant que les Barbies ne sont pas vendues sous la marque Mattel. Il faut dire que c’est là bien le signe de la popularité de Barbie, on ne dirait pas de mal d’une poupée complètement démodée. Selon Sean Fitzgerald, le Vice-président pour la communication du groupe « Barbie est réellement  devenue une icône culturelle et elle a été adaptées à toutes les facettes de la société. Notre société montre beaucoup de diversité… Barbie respecte cette diversité. »
[6]



[1] Mondo Barbie, Lucinda Ebersole, Richard Peabody, St. Martin's Press, 1993

Le titre du livre donne une bonne idée de son contenu en faisant référence au film trash italien de Gualtiero Jacopetti, Mondo Cane. Le film, tourné en 1962, qui accumule à la façon d’un documentaire les scènes les plus diverses et choquantes possibles.

[2] Source : http://www.ebaumsworld.com/pictures/view/277910

[3] Milwaukee Journal Sentinel Dec. 1994

URL : http://www.jsonline.com

[5] On peut cependant noter que Barbie a été utilisée, ainsi que Superman, dans une campagne anti-obésité menée par Active Life Movement aux Etats-Unis (Keep obesity away from your child). On y voit une Barbie obèse allongée sur son lit.

[6] “The reality is that Barbie has become a cultural icon and she has been adapted to all different aspects of society. We're a very diverse society -- Barbie respects that”.  Sean Fitzgerald, Mattel vice president for corporate communications -  Milwaukee Journal Sentinel Dec. 1994

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Virginie - dans Pensées du 365ème jour
commenter cet article

commentaires

L'orange Maltaise

  • : L'orange maltaise
  • L'orange maltaise
  • : « Il pourrait se trouver, parmi [mes lecteurs] quelqu’un de plus ingénieux ou de plus indulgent, qui prendra en me lisant ma défense contre moi-même. C’est à ce lecteur bienveillant, inconnu et peut-être introuvable, que j’offre le travail que je vais entreprendre. Je lui confie ma cause ; je le remercie d’avance de se charger de la défendre ; elle pourra paraître mauvaise à bien du monde ! » (Mémoires de la Duchesse de Dino, 1831)
  • Contact

Liens

Archives