Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 22:57

 

 

 

 

 

El huésped del Sevilano est une zarzuela en deux actes de Jacinto Guerrero (1895-1951), sur un livret de Juan Ignacio Luca de Tena et Enrique Reoyo, et dont la première représentation fut donnée en décembre 1926 au Teatro Apolo de Mardid. La pièce est un hommage à l’âge d’or de la Castille et à son cœur spirituel : Tolède. Ainsi peut-on y rencontrer Miguel de Cervantès et l’entendre louer l’étrange mélange de poètes, de soldats, de mystiques, et d’aventuriers, qui peuple  la terre de Don Quichotte. Le passsage suivant est une romance chantée par Juan-Luis pour son amour Raquel, qu’il veut délivrer de sa prison. Bien qu’il soit court, ce morceau est considéré comme l’un des plus beaux de la zarzuela, surtout lorsqu'il est chanté par Kraus...

 

 

 

Texte de Juan Ignacio Luca de Tena et Enrique Reoyo

 

 

 

Mujer de los negros ojos,
la de la trenza morena.
Mujer de los labios rojos
como la flor del amor.
Mujer de perfil gitano,
que tiene sangre agarena ...
¡Mujer de cuerpo pagano,
eres llama, verso y flor!

Raquel, tras de ese muro prisionera,
mi amor de tu prisión viene a librarte.
¡Mujer, el que te dio su vida entera,
morir sabrá por ti para salvarte!

 


 

Traduction (personnelle)

 

 

Femme aux yeux sombres,

Et à la tresse d’ébène.

Femme aux lèvres pourpres

Pareilles à la fleur de l’amour.

Femme aux traits de gitane,

Du sang maure coule dans tes veines…

Femme au corps païen,

Tu es mon poème et ma fleur

 

Raquel, prisonnière de ces murs

Mon amour vient te délivrer.

Femme, celui qui t’a donné sa vie entière,

Saura mourir en te sauvant !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Virginie - dans Musique
commenter cet article

commentaires

L'orange Maltaise

  • : L'orange maltaise
  • L'orange maltaise
  • : « Il pourrait se trouver, parmi [mes lecteurs] quelqu’un de plus ingénieux ou de plus indulgent, qui prendra en me lisant ma défense contre moi-même. C’est à ce lecteur bienveillant, inconnu et peut-être introuvable, que j’offre le travail que je vais entreprendre. Je lui confie ma cause ; je le remercie d’avance de se charger de la défendre ; elle pourra paraître mauvaise à bien du monde ! » (Mémoires de la Duchesse de Dino, 1831)
  • Contact

Liens

Archives