Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 22:41



 

C’est à Rome, Cité du Vatican,

Un cardinal se presse sous le soleil plombant

L’air  de la chrétienté,

Mais saluant le Suisse à l’entrée,

 

Le cardinal va d’un pas léger,

Serviteur aimant de la charité.

Sur la place doucement,

Une mère se penche sur son enfant

 

Douleur d’un instant fulgurant :

Le cardinal remonte cinquante ans.

Sa mère l’avait-elle jamais embrassé ?

Une belle femme de la meilleure société,

 

Amants, somptueuses toilettes et décolletés,

Mais la faveur du monde est vite passée.

Un jour elle fut seule abandonnée,

Et seul ce fils eut pitié,

 

Lui seul ne venait pour prendre, mais pour donner,

Lui seul souffrait comme elle souffrait.

Quand elle le vit pleurant en silence à son chevet,

Elle comprit ce qui ne l’avait effleuré

 

De toute une vie.

Et elle ne murmura que ce mot : merci.

Le cardinal rebrousse chemin lentement

Il va en paix maintenant,

 

Il va prier longtemps,

Pour qu’aucune mère

N’attende ses derniers instants

Pour embrasser son enfant.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Virginie - dans Un peu de poésie
commenter cet article

commentaires

L'orange Maltaise

  • : L'orange maltaise
  • L'orange maltaise
  • : « Il pourrait se trouver, parmi [mes lecteurs] quelqu’un de plus ingénieux ou de plus indulgent, qui prendra en me lisant ma défense contre moi-même. C’est à ce lecteur bienveillant, inconnu et peut-être introuvable, que j’offre le travail que je vais entreprendre. Je lui confie ma cause ; je le remercie d’avance de se charger de la défendre ; elle pourra paraître mauvaise à bien du monde ! » (Mémoires de la Duchesse de Dino, 1831)
  • Contact

Liens

Archives