Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 00:53

 

 

 

 

 

Amadeus présente l’inconfortable particularité d’être loué comme « introduction au classique » pour des gens qui n’ont rien à faire de la musique classique, qui la trouvent bien à écouter en voiture ou pour se relaxer, mais bon tout de même ennuyeuse. Il est aussi décrié comme salissant Salieri, faisant de Mozart un imbécile heureux au rire chevalin et réinterprétant l’histoire en laissant passer de flagrantes inexactitudes. Parce que, bien sûr, il faut être un saint pour écrire le Requiem…


Il me semble qu’il est bon de se rappeler que le film est adapté d’une pièce de Peter Schaffer, qui présente une interprétation de la vie de Mozart. Comme pour toute œuvre d’art, c’est moins le sujet qui compte que la façon dont il est traité. A la vérité, peu m’importe que Salieri soit le jaloux ambitieux qu’il n’était pas quand il l’est parfaitement sous les traits d’un F. Murray Abraham exaspéré par le génie de son jeune rival. Peu m’importe que Mozart rie presque vulgairement et qu’il soit puéril s’il l’est avec la légèreté de Tom Hulce. D’autre part, on prête tout de même ce mot à  Mozart : « je suis vulgaire, mais ma musique ne l’est pas ». Il suffit de lire sa correspondance avec sa sœur Nanerl notamment, pour se rendre compte que ses préoccupations étaient parfois fort légères, tout comme ses mœurs. Le film a le mérite de poser avec insistance une question, qui se poserait même si l’on était en présence d’un Mozart sage et d’un Salieri moins jaloux : comment et pourquoi un tel génie. ? Non, la musique de Mozart n’est pas celle d’un ascète, mais celle d’un homme qui tente de vivre une vie à la quelle il est attaché. Elle est celle d’un homme qui allie étrangement la profondeur et la légèreté, qui tente de bâtir quelque chose quand il a peur comme un enfant qu’on arrache des bras de son père.


Certes, il y a un certain nombre d’inexactitudes, pourquoi, par exemple chanter La Flûte enchantée en anglais ? Pourquoi faire commander le Requiem par Salieri quand il l’a été ,on en est quasi-sûr, par Franz von Walsegg, obscur aristocrate aux hautes prétentions musicales, qui voulait se faire passer pour Mozart ? On apprécie quand même les décors de Karl Schinkel, qui fait chanter la reine de la nuit sous une voûté étoile flottant sur un croissant de lune, de sorte que « la lune est sous ses pas » ce qui lui donne une dimension apocalyptique. On apprécie aussi cette justice rendue à la ville de Prague, préférée à Vienne pour le tournage : c’est bien Prague qui a fait un triomphe aux opéras de Mozart, en chantant son Figaro jusque sur le Pont Charles.


Amadeus est fait de très belles scènes, comme celle où Mozart rejoue de mémoire une pièce laborieusement écrite par Salieri, qu’il améliore en brodant un de ses motifs typique. Il y a, je trouve, un grand moment comique lorsque le malheureux Salieri adresse un « grazie signore » dépité à un dieu qui manifestement lui a joué un superbe tour en lui inspirant cette pièce reprise avec tant de facilité par Mozart. Il y a aussi cette scène où Salieri découvre les œuvres de Mozart, inscrites sans rature aucune sur les manuscrits originaux. Il entend alors dans sa tête résonner les sonates et les symphonies qui sont venues si facilement au prodige, jusqu’à en devenir fou d’exaltation mêlée d’envie et de surprise. Et Constance, la femme de Mozart, qui mange des chocolats avec une gourmandise d’une naïveté charmante, pour finalement lui demander l’air passablement inquiet de son trouble : n’est-ce pas bien ? Une belle illustration du Requiem aussi, la scène de mort de Mozart, où ce dernier dicte les dernières mesures de sa messe à Salieri, qui découvre émerveillé comment se mêlent différentes voix.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Virginie - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Callophrys 17/08/2009 22:17

completement d'accord avec toi!! Mozart est un genie mais Wolfgang lui est un homme...j'ai adore ce film qui depoussiere cet immense prodige.J'ai appris que c'etait à Prague qu'il avait ecrit "Don Giovanni" .Il y a sa maison mais je n'ai pas eu le temps de la visiter helas ....mais ce n'est que partie remise....

L'orange Maltaise

  • : L'orange maltaise
  • L'orange maltaise
  • : « Il pourrait se trouver, parmi [mes lecteurs] quelqu’un de plus ingénieux ou de plus indulgent, qui prendra en me lisant ma défense contre moi-même. C’est à ce lecteur bienveillant, inconnu et peut-être introuvable, que j’offre le travail que je vais entreprendre. Je lui confie ma cause ; je le remercie d’avance de se charger de la défendre ; elle pourra paraître mauvaise à bien du monde ! » (Mémoires de la Duchesse de Dino, 1831)
  • Contact

Liens

Archives