Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 09:43


 

Erik Satie, troisième Gymnopédie,

Orchestration de Debussy

 

 

 

Un poing fermé

Quatre phalanges repliées

Et la cinquième venue

Les supporter,

Un poing d’acier.

 

L'esprit qui reflue
Passe tout entier

Dans les phalanges liées.

Sous la chaire nue,

Emporté par la marrée,

L'esprit s'est tu.
Souples et rapides

Avancent les phalanges livides.

Elles sont à la manœuvre

Sans plaisir ni sans haine,

Elles œuvrent

A la seule peine

Que la phalange inflige.

Un temps se figent

Sombrant en un calme sans fond

 

Multiple de cohésion.

Pas de bruit, pas de cris,
Elles glissent sur l’heure qui fuit.

Elles sont filles de l’instant

Et observent le moment.

 

Paré. Bouclier.

Lances. Touché.
Phalanges repliées.

Un devoir accompli

Ne cherche que d’être précis.

Tant de vie figée

Dans cinq phalanges repliées:

Deux mille ans qu'elles sont ainsi.

Aussi, malheur à celui

Qui trouve ce poing fermé!


Partager cet article

Repost 0
Published by The Mad Hatter - dans Un peu de poésie
commenter cet article

commentaires

Callophrys 12/10/2009 09:49


celui là aussi me plait bien..tres guerrier certes mais c'est normal vu le theme...je soupçonne plus de douceur chez celui qui l'a ecrit


dissertation editing 05/09/2009 11:30

Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!

tk 29/08/2009 07:30

A mon avis, écrit d'une "main d'acier dans un gant de velours"...

Le Chapelier fou 30/08/2009 06:19


Tu m'ôtes les mots de la bouche TK...


zazimuth 28/08/2009 15:11

Merci pour ce très beau texte... écrit d'une main d'acier ?

L'orange Maltaise

  • : L'orange maltaise
  • L'orange maltaise
  • : « Il pourrait se trouver, parmi [mes lecteurs] quelqu’un de plus ingénieux ou de plus indulgent, qui prendra en me lisant ma défense contre moi-même. C’est à ce lecteur bienveillant, inconnu et peut-être introuvable, que j’offre le travail que je vais entreprendre. Je lui confie ma cause ; je le remercie d’avance de se charger de la défendre ; elle pourra paraître mauvaise à bien du monde ! » (Mémoires de la Duchesse de Dino, 1831)
  • Contact

Liens

Archives