Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 14:45

 

 

 

Bizet, L'Arlésienne, Suite No.2, Menuet et Fanrandole

 

 

Un salon de thé sur la place du Trocadéro. Je dois y retrouver mon ami S. pour le petit-déjeuner. J’arrive dix minutes en retard, il me prévient qu’il est encore plus en retard que moi. Je rentre donc et je demande une table pour deux. On me fait traverser une salle déjà bien remplie et on m’installe à une de ces tables si ridiculement petites qu’elles n’incitent guère à la consommation : à peine la place d’y poser une théière, inutile de penser à la croissanterie. Je commande un expresso. Je sais bien que, quand il arrivera, mon ami S. commandera ladite croissanterie et que la table sera envahie. Je laisse donc ma tasse de café profiter de cette solitude assumée. L’espace est un luxe de nos jours, n’est-ce pas ?

J’ai pris place comme à mon habitude sur la banquette et non sur la chaise, de sorte que j’ai une vue dégagée sur tout le salon. Immédiatement à ma gauche se trouvent deux autres tables. A la première, il y a un homme et une femme d’une soixantaine d’années. Je les ais obligés à déplacer quelque peu leurs affaires quand j’ai pris place sur la banquette, ce qu’ils ont fait de manière assez aimable. L’homme porte un pardessus assez ordinaire, la femme un manteau de fourrure d’une certaine qualité. A la table d’après se trouvent un homme  du même âge et une femme plus jeune. Je lui donne environ trente-cinq ans. Elle a les traits assez fins et typés, elle est blonde. Elle est habillée en bourgeoise, mais en bourgeoise active, pas le genre qui élève les enfants à la maison. Elle à l’habitude de sortir. Elle a l’habitude du contact humain. Elle sait communiquer, elle a une certaine présence, une prestance, profession libérale je dirais. Une certaine intelligence aussi à première vue, de celle qui consiste à savoir manier des éléments au sein d’un modèle, et puis une véritable assurance… J’ai en tête une vague idée de Marine Le Pen, mon inconnue serait-elle avocate ?

Conversation. Le premier couple, ce sont des amis, des commerçants du Sentier qui parlent plus ou moins affaires, rien de bien passionnant. Le second couple s’avère être un père et sa fille. La fille est avocate, bonne intuition donc. Ils parlent affaires également, affaires juridiques pour être exacte : le parquet vient de faire appel de la décision de justice concernant l’affaire Clearstream. Et puis voila que les deux femmes se lèvent, à quelques secondes d’intervalle, pour se rendre aux toilettes. Et là une chose intéressante se produit. Le commerçant s’adresse au père de l’avocate : « Monsieur, je vous connais… » Enumération d’amis et de connaissances, les deux hommes se connaissent en effet. Et de quoi parle-t-on ? Du Sentier. On parle affaires, et bien évidemment, le monsieur du Sentier peut arranger des affaires intéressantes pour l’autre monsieur. Mais cela ne tombe pas dans l’excès, c’est habilement amené, pas trop appuyé. L’avocate revient des toilettes. On se présente, et on se serre la main.

« Ma fille qui est avocate. »

« Ah ! c’est bien ça. Et vous ne connaîtriez pas V.H. par hasard ? »

« J’ai eu une belle sœur qui était amie avec sa femme. J’ai été mariée pendant plusieurs années à J.B. en fait. »

Tout ceci sur un ton parfaitement libéré et décomplexé. Comme s’il s’était agit d’une joint venture: on a été en affaire, rupture du contrat et c’est fini. Je gage que le divorce de la jolie avocate est passé comme une lettre à la poste. La dame du sentier revient à son tour des toilettes.

 « Tiens Ginette, voici monsieur M. On se connaît. Et sa fille qui est avocate. »

« Moi aussi je connais le monsieur, c’est ce que je me disais depuis tout à l’heure. »

« Ah oui ? »

« Oui, tout à fait. Votre femme est venue acheter du tissu chez moi. Mais vous ne me connaissez pas. C’est ce que je dis toujours : je connais tout le monde et personne ne me connaît. »

« Ah mais comment cela se fait? »

« J’ai beaucoup travaillé au magasin, je m’occupais des comptes, j’arrivais le matin, je repartais le soir et je ne voyais personne. Mais, j’entendais parler de tout le monde. C’est ce que je dis toujours: je suis l’Arlésienne du Sentier. »

Jolie formule, je salue intérieurement, et me demande depuis combien d’années elle l’utilise ? J’entends la suite de Bizet, c’est un air entêtant, l’air d’un chant de noël, La Marche des rois, « De bon matin, j’ai rencontré le train de trois grands rois… ». C’est certain, le sentier aurait pu habiller le cortège des rois mages, comme un Rothschild peut boire un verre de Lacrima Christi. Puis je repense à Alfonse Daudet, aux Lettres de mon moulin que me lisait mon père… C’est alors qu’arrive Benjamin, grand et jeune garçon brun. Force d’effusion avec l’Arlésienne du Sentier, sa tante probablement. On refait les présentations. On rapproche les tables, on amène un siège pour Benjamin.

Entre temps, bien sûr, mon ami S. est arrivé. Nous avons eu le temps de petit-déjeuner, et de parler, de son travail pour l’essentiel, S. était fort préoccupé ce jour-là. Il ne faudrait pas croire que je n’ai prêté à notre conversation qu’une attention distraite : c’est aux tables d’à côté que j’ai prêté une attention distraite. Mais je ne peux m’empêcher de voir, d’entendre, de noter, l’air de rien. S me dit qu’il veut sortir, je ne m’oppose pas. Je ne m’oppose jamais pour ce genre de choses. Je quitte donc le sentier. Je me glisse dans le faible espace qui sépare nos tables. L’hôtesse du salon de thé me dit : « Vous avez vu, il faut vraiment être mince ici !» Et oui, l’espace est un luxe de nos jours, même physiquement on ne peut pas se permettre d’occuper trop de place.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chapelier fou - dans Société
commenter cet article

commentaires

aend 16/03/2010 19:27


Hé hé hé comme il est plaisant notre cher Chapelier !
Jolie représentation de son style et nouvelle bribe des milles et une énigmes du chapeau du Chapelier;
A quand le roman?

Si j'osais être Dandlot-violotesque, je dirais que notre chapelier s'allie avec le style de la suave et anorexique Nothomb!


Le Chapelier fou 17/03/2010 14:44


Je ne sais pas si cette chère Amélie serait très flattée de la comparaison... Quand au Chapelier il sait qu'il ne l'est pas. Mais il préfère cent fois qu'on ne le flatte pas. Merci donc.


Le Chat 10/03/2010 11:28


excellent,très bien rendu ,que dire de plus?
il me vient le mot de Wallis Simson ,
never enough ....
never enough....
:) ,à quand la prochaine chronique parisienne?


Le Chapelier fou 10/03/2010 11:48


C'est le Chat qui a appris au Chapelier le mot de Mme la Duchesse de Windsor... Le Chat est cordialement convié à prendre le thé en compagnie du Chapelier whenever he pleases. ;)


L'orange Maltaise

  • : L'orange maltaise
  • L'orange maltaise
  • : « Il pourrait se trouver, parmi [mes lecteurs] quelqu’un de plus ingénieux ou de plus indulgent, qui prendra en me lisant ma défense contre moi-même. C’est à ce lecteur bienveillant, inconnu et peut-être introuvable, que j’offre le travail que je vais entreprendre. Je lui confie ma cause ; je le remercie d’avance de se charger de la défendre ; elle pourra paraître mauvaise à bien du monde ! » (Mémoires de la Duchesse de Dino, 1831)
  • Contact

Liens

Archives