Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 18:10

 

 

 

 


 

 

 

 

 

“Here’s to you Nicola and Bart,

Rest forever here in our hearts

The last and final moment is yours

The agony is your triumph.”

 

(Ennio Morricone/ Joan Baez, Sacco e Vanzetti, 1971)

 

 

 

 

On mouille la tête des prisonniers

Avec une éponge imbibée,

C’est un acte de merci, de charité :

C’est pour que le courant circule mieux.

 

Et ainsi l’eau dégouline,

Sur un front, sur une pauvre poitrine,

Qui ne vivront pas vieux.

Car les voila oints du sceau

 

De ceux qui vont mourir bientôt.

Dedans il pleut à grosses gouttes,

Il pleure sans larme, il pleure sans doute,

Il suinte la peur : c’est la toilette

 

Mortuaire avant l’heure.

C’est cette éponge de vinaigre romain,

Qu’on présenta au Christ en vain.

Oui, ce geste là est d’une cruauté

 

Qu’on ne dit pas. C’est le cri

Muet d’un corps à l’agonie,

C’est vous, Sacco et Vanzetti,

C’est pour vous, Sacco et Vanzetti !

 

Et puis il y a les sangles,

Cuir épais qui a déjà bien servi,

Dont les boucles implacables

Retiennent les sept douleurs.

 

Elles sont imbibées de la sueur

Qui vient aux portes de la mort,

Qui suinte des pores d’un mort.

Ces sangles de cuir que l’on boucle

 

Aux chevilles et aux poignets,

Et dont on sait,

Qu’on ne pourra les desserrer.

Parce que le corps gonfle

 

Quand le courant est passé.

Un corps bleui, enflé,

 Comme celui d’un noyé,

Qui dérive dans le courant.

 

Et puis il y a la silhouette assise,

Impuissante et qui attend.

Les bras écartés, les épaules sises,

La cagoule noire en fait un corps

 

Sans visage, mais même cette

Forme inhumaine et sans tête,

Posée sur la vielle chaise de bois,

Elle fait pitié.

 

Même ce criminel sans pitié

Honni des hommes et des lois,

Sanglé à la vielle chaise de bois,

Il fait pitié.

 

Et s’il était innocent ?

Qu’adviendra-il de son sang ?

Les enfants c’est l’heure du bain,

Le courant circule bien.


Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chapelier fou - dans Un peu de poésie
commenter cet article

commentaires

sieglind la dragonne 30/08/2010 09:09


Dire que j'avais le quarante-cinq de Joan Baez quand j'étais môme... sais plus où il est parti dans les divers déménagements (intellectuels et physiques hé, hé) Bonne journée.


L'orange Maltaise

  • : L'orange maltaise
  • L'orange maltaise
  • : « Il pourrait se trouver, parmi [mes lecteurs] quelqu’un de plus ingénieux ou de plus indulgent, qui prendra en me lisant ma défense contre moi-même. C’est à ce lecteur bienveillant, inconnu et peut-être introuvable, que j’offre le travail que je vais entreprendre. Je lui confie ma cause ; je le remercie d’avance de se charger de la défendre ; elle pourra paraître mauvaise à bien du monde ! » (Mémoires de la Duchesse de Dino, 1831)
  • Contact

Liens

Archives