Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 00:36


Si je dis black coffee, je parle ni de la pièce d’Agatha Christie, ni de ma passion pour le café noir, mais d’une chanson de 1935. Et plus précisément, d’une chanson interprétée par Marjorie Stedeford. 2009 marquait le cinquantenaire de sa mort, un anniversaire pour le moins passé inaperçu. A moins d’être fin connaisseur de la musique de l’entre-deux guerres, il y a en effet peu de chance que l’on connaisse Marjorie. Mais on est vite charmé par celle qui a chanté avec tous les groupes en vogue de l’époque, des Rythmics de Mario Lorenzi aux Boy Friends de Caroll Gibbons. The voice you love to hear comme l’annonçait radio Luxembourg, une voix grave, pleine, un genre de bariton et en même temps une voix sensuelle et féminine, gageure difficile à tenir. Charmante Marjorie, fille de Melbourne qui fit un beau voyage à Londres avant de s’en retourner dans  son pays. Mariée un enfant, chanteuse à la radio, exit la scène londonienne, les gens heureux n’ont pas d’histoire. Mais écoutons-là en 1935, elle n’avait que 26 ans…

 


 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chapelier fou - dans Musique
commenter cet article

commentaires

L'orange Maltaise

  • : L'orange maltaise
  • L'orange maltaise
  • : « Il pourrait se trouver, parmi [mes lecteurs] quelqu’un de plus ingénieux ou de plus indulgent, qui prendra en me lisant ma défense contre moi-même. C’est à ce lecteur bienveillant, inconnu et peut-être introuvable, que j’offre le travail que je vais entreprendre. Je lui confie ma cause ; je le remercie d’avance de se charger de la défendre ; elle pourra paraître mauvaise à bien du monde ! » (Mémoires de la Duchesse de Dino, 1831)
  • Contact

Liens

Archives