Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 16:05

 

 

 

 


 

On effleure le visage de l'amant,

Comme on presse le pas fissionnant,

Par un matin de printemps,

Un  matin qui fleure bon,

L’anis, la sauge, et le citron.

 

On effleure le visage de l'amant,

Comme le soleil pousse doucement

Du genêt à la fleur de Provence,

Et parmi les herbes qui dansent

Jusqu’à la mousse des sous-bois,

 

Où le lierre et l’armoise sont rois.

Un rêve d’ombre y rôde

Bruissant sur les feuilles d’émeraude

Dont le sillage à peine effleure

Le visage que l’on aime à toute heure.

 

Alors flotte l’odeur des bois précieux,

C’est un coffret de santal,

Qui tait des alcools très vieux :

Du genièvre dans un flacon de crystal,

Enivrant  jusqu’au mal

 

Sur le dessus du métal gravé,

Un animal léger, rapide, efflanqué,

Qui porte le long de ses flancs sculptés,

Le musc noir et tacheté.

L’ambre vient par lourds colliers,

 

Ramassés un jour sombre

Sous mer une mer qui gronde.

Et comme une onde profonde,

On entend battre son cœur

Et palpiter sa chair,

 

Il tourne son regard clair

Alors nait le sourire

L’espace d’un soupir

Que parfument d’une touche

Les accents suaves de sa bouche.


Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chapelier fou - dans Un peu de poésie
commenter cet article

commentaires

L'orange Maltaise

  • : L'orange maltaise
  • L'orange maltaise
  • : « Il pourrait se trouver, parmi [mes lecteurs] quelqu’un de plus ingénieux ou de plus indulgent, qui prendra en me lisant ma défense contre moi-même. C’est à ce lecteur bienveillant, inconnu et peut-être introuvable, que j’offre le travail que je vais entreprendre. Je lui confie ma cause ; je le remercie d’avance de se charger de la défendre ; elle pourra paraître mauvaise à bien du monde ! » (Mémoires de la Duchesse de Dino, 1831)
  • Contact

Liens

Archives