Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /


Le palais est de marbre où, le long des portiques,
Conversent des seigneurs que peignit Titien,
Et les colliers massifs au poids du marc ancien
Rehaussent la splendeur des rouges dalmatiques.

Ils regardent au fond des lagunes antiques,
De leurs yeux où reluit l’orgueil patricien,
Sous le pavillon clair du ciel vénitien
Étinceler l’azur des mers Adriatiques.

Et tandis que l’essaim brillant des Cavaliers
Traîne la pourpre et l’or par les blancs escaliers
Joyeusement baignés d’une lumière bleue,

Indolente et superbe, une Dame, à l’écart,
Se tournant à demi dans un flot de brocart,
Sourit au négrillon qui lui porte la queue.

Les Trophées (1863)
José-Maria de Hérédia (1842-1905)

Partager cette page

Repost 0
Published by

L'orange Maltaise

  • : L'orange maltaise
  • L'orange maltaise
  • : « Il pourrait se trouver, parmi [mes lecteurs] quelqu’un de plus ingénieux ou de plus indulgent, qui prendra en me lisant ma défense contre moi-même. C’est à ce lecteur bienveillant, inconnu et peut-être introuvable, que j’offre le travail que je vais entreprendre. Je lui confie ma cause ; je le remercie d’avance de se charger de la défendre ; elle pourra paraître mauvaise à bien du monde ! » (Mémoires de la Duchesse de Dino, 1831)
  • Contact

Liens

Archives